Les alternatives écologiques aux combinaisons de surf néoprène

article-blog-combinaisons de surf écologiques

Quel bel exemple de paradoxe : nos combinaisons de surf nous permettent de profiter le plus longtemps possible des merveilleux spots que la nature nous offre et en contrepartie elles la détruisent pendant leur cycle de fabrication et d’élimination.

Dans cet article nous allons voir pourquoi nos combinaisons polluent et quelles sont les alternatives émergentes pour enrayer ce problème.

Mais en fait, de quoi se compose
nos combis de surf ?


Peu de gens se posent cette question au moment d’acheter ou de renouveler leur combinaison. Certainement parce que tout le monde pense que toutes les combinaisons se composent de la même matière.

Jusqu’à présent ce n’était pas complètement faux mais nous allons voir qu’il y a quelques différences à connaitre et surtout que des innovations plus écologiques sont en train de faire leurs preuves.

Effectivement, aujourd’hui la très grande majorité des combinaisons se compose principalement de néoprène. Il dispose de caractéristiques très intéressantes comme la souplesse, l’isolation thermique ou encore la résistance aux usures. Le néoprène ou encore le polychloroprene est un caoutchouc synthétique qui peut être fabriqué à partir de deux matières premières : le pétrole ou le calcaire (limestone).

Pollution production combinaisons de surf néoprène

Pour le pétrole la matière première qui servira à obtenir le néoprène est le buta-1,3-diène. Pour l’obtenir le pétrole va subir une distillation puis un craquage.

Dans le cas du calcaire, la matière première est l’acétylène. Pour synthétiser ce composé chimique, le calcaire se place avec du charbon de bois dans un four à très haute température (1700°C).

schéma deux méthodes fabrication néoprène

Une fois ces deux matières premières obtenues, les deux procédés de fabrication du néoprène sont sensiblement identiques et consistent à appliquer une série de transformations chimiques (polymérisation et vulcanisation) pour obtenir le même polymère : le polychloroprene = néoprène.

En complément du néoprène, les combinaisons contiennent également du polyester (également produit à base de pétrole) utilisé pour les doublures intérieures et extérieures et des colles à base de solvants.

Impacts du néoprène sur l’environnement et sur notre santé


Je pense que tu l’as compris, les combinaisons à base de néoprène (pétrole et calcaire) présentent un bilan environnemental très mauvais dont voici les principaux impacts :

  • Ressource non renouvelable
  • Emissions de carbone très importante pendant les phases d’extraction (exploration et forage pour le pétrole et exploitation minière pour le calcaire) et de transformation de la matière première
  • Forte consommation énergétique notamment pour le calcaire qui nécessite un passage dans un four à très haute température pour la synthèse de l’acétylène
  • Le néoprène n’est pas biodégradable
  • Aucune filière de collecte pour le recyclage du néoprène n’existe à ce jour et nos vielles combinaisons sont soit enfouies soit incinérées
  • Pollution de l’air avec les émissions de COV (composés organiques volatives) lors de l’utilisation des solvants pour les étapes de collage

En plus de nuire à l’environnement nos combinaisons néoprène peuvent également provoquer des allergies de peau pour certains utilisateurs.

Alors oui on peut dire que l’impact environnemental du néoprène à base de calcaire est moins pire que celui à base de pétrole car il permet notamment d’éviter les catastrophes environnementales liées à l’exploration et au forage du pétrole. 

explosion plateforme pétrolière

Mais la vérité est que les deux procédés de fabrication du néoprène restent très polluants.

Le caoutchouc naturel, une solution alternative d’avenir


Conscientes de l’empreinte environnementale des combinaisons à base de néoprène, certaines marques de surf, dont la plus emblématique Patagonia, travaillent depuis plusieurs années à l’élaboration d’une solution alternative plus écologique.

En s’associant en 2008 avec la société Yulex, Patagonia a été la première à mettre au point un matériau de substitution renouvelable et végétal :  le caoutchouc naturel !

Obtenu après transformation du latex d’Hévéa, arbre originaire de la forêt amazonienne et d’Amérique centrale, cette matière première renouvelable est ensuite traitée selon un procédé qui élimine 99% des impuretés. En plus d’être aussi performant que le néoprène, le caoutchouc naturel est également hypoallergénique.

caoutchouc naturel obtenu de l'hévéa
Saignée dans l’hévéa permettant de récolter le latex qui donnera ensuite le caoutchouc naturel

Malheureusement tout n’est pas rose avec le caoutchouc naturel. Il est très prisé pour l’industrie du pneumatique ce qui en fait une matière première soumise à de fortes tensions. Dans certaines régions du monde, notamment en Afrique et en Asie du Sud-Est, la culture de l’hévéa suit le même chemin dramatique que l’huile de palme. Pour répondre aux besoins toujours croissants du secteur des pneumatiques, ces régions n’hésitent pas à déforester massivement éliminant progressivement la biodiversité locale.

Pour que le caoutchouc naturel soit une réelle alternative écologique au néoprène, il faut donc s’assurer au préalable qu’il provienne de plantations d’hévéa durablement gérées et certifiées FSC (Forest Stewardship CouncilTM). Lorsque ces critères sont respectés, la fabrication des combinaisons de surf en caoutchouc naturel permet de réduire entre 70 et 80% des émissions de CO2.

Les matières recyclées et les colles à base d’eau


Une autre alternative éco-friendly existe pour réduire l’impact environnemental de nos combis de surf. Elle consiste à utiliser des matières recyclées comme par exemple les bouteilles en plastique pour la fabrication des doublures en polyester.

Afin de démocratiser les combinaisons de surf éco-responsables, Picture Organic Clothing lance en 2019 une nouvelle gamme plus économique composée d’Eicoprene. Cette mousse est un mélange de calcaire (70%) et de pneus recyclés (30%).

combinaison surf picture eicoprene 2019
Combinaison Picture Eicoprene 2019
© Picture Organic Clothing

Pour aller plus loin dans la démarche éco-responsable, les marques de surf engagées remplacent les colles à base de solvants par des colles à base d’eau, tout aussi performantes.

Quelques marques de surf éco-responsables


Patagonia a été la pionnière en initiant les recherches sur le caoutchouc naturel dès 2008. La marque travaille en collaboration avec l’entreprise Yulex pour obtenir le caoutchouc naturel Yulex™ qui provient de sources certifiées FSC (Forest Stewardship Council®) par la Rainforest. 100% des combinaisons de surf proposées par la marque sont en caoutchouc naturel et fabriquées dans des conditions éthiques.

Combinaisons de surf patagonia yulex
© Al Mackinnon / ÒDan Malloy

La marque française Picture Organic Clothing s’inscrit dans la même démarche respectueuse de l’environnement. Pour sa collection 2019, la marque propose deux alternatives. Une première qui utilise le Naturalprene composé à 85% de  caoutchouc naturel provenant de plantations d’hévéas certifiées FSC et 15% de caoutchouc synthétique sans chlore. La deuxième alternative consiste à remplacer le néoprène par de l’Eicoprene (mélange de limestone et de pneus recyclés). Les combinaisons de surf Picture utilisent toutes des colles sans solvant et des doublures intérieures et extérieures en polyester recyclé.

schéma composition combinaisons de surf naturalprene Picture
© Picture Organic Clothing

Pour garantir une souplesse optimale, Picture a également effectué un travail de R&D important aboutissant à la mise au point d’une technologie Stretch permettant au Naturalprene de s’allonger jusqu’à quatre fois sa taille initiale.

SOORUZ et SEN NO SEN sont également deux marques françaises qui placent l’Environnement au cœur de leurs préoccupations. Elles proposent toutes les deux une collection 100% éco-responsable utilisant du Naturalprene combiné au plastique recyclé pour les doublures.

Des performances au rendez-vous


Cela fait maintenant trois ans que les combinaisons de surf sans néoprène se propagent petit à petit sur les spots du monde entier. Grâce au gros travail de recherche et développement réalisé par les marques de surf et leurs fournisseurs et également aux tests et aux premiers retours utilisateurs, il est désormais possible d’affirmer que les combinaisons de surf sans néoprène présentent des performances techniques (chaleur, flex, séchage rapide, durée de vie…) identiques voir meilleures que leurs ancêtres en néoprène.

Lorsque l’on enfile une combinaison de surf en caoutchouc naturel pour la première fois, la première impression laisse imaginer un léger manque de souplesse. Mais rassurez-vous, après quelques minutes dans l’eau à vous faire rincer, cette sensation disparaîtra pour laisser place à une sensation d’harmonie avec la nature 🙂

combinaisons yulex et naturalprene flex
Alors elle n’est pas flex la combi écolo…

Et toi, tu as déjà essayé une combinaison sans néoprène ?
N’hésite pas à nous dire en commentaire ce que tu en as pensé…

Pour retrouver toutes nos combinaisons de surf écologiques, suis ces liens : HOMME / FEMME

ET

Pour retrouver le guide des 50 marques de glisse éco-responsables, c’est par ici :

couverture ebook top 50 final vignette homepage 1200x800 - Les alternatives écologiques aux combinaisons de surf néoprène

Viens suivre toutes nos aventures :
FACEBOOK ou INSTAGRAM

2 Commentaires sur “Les alternatives écologiques aux combinaisons de surf néoprène

  1. Christelle says:

    Intéressant! Merci pour le partage 🙂 On pourrait ajouter un paragraphe sur “comment recycler sa combinaison” avec Néocombine par exemple, qui récupère des combinaisons pour en faire des bracelets ou le don à des associations caritatives. Personnellement, j’apporte les miennes au magasin Rip curl à Soorts-Hossegor qui les recycle.

    • Pierre Barbez says:

      Salut Christelle,

      Merci pour ton gentil mot.

      En effet dans cet article nous n’avons abordé que la partie “conception” des combinaisons. Dans un futur article nous creuserons les sujets avals, comme la réparation et le upcycling (c’est ce que propose Néocombine) … en ce qui concerne le recyclage à proprement parlé, malheureusement aujourd’hui on ne peut pas faire grand chose de nos combinaisons…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *